Visa n° 46 105
Durée : 110 minutes
© 1976 Les Films 13

Avec : Catherine Deneuve, Anouk Aimée, Charles Denner, Francis Huster, Niels Arestrup, Jean-Jacques Briot, Colette Baudot, Jean-Pierre Kalfon, Valérie Lagrange, Jacques Villeret, Alexandre Mnouchkine, Elie Chouraqui et Françoise Hardy.

Note d’intention : Un film sur la confusion, où l’âge n’a plus d’importance. Une histoire de notre temps, où l’on s’aperçoit qu’il n’est pas plus choquant qu’un garçon de 15 ans soit attiré par la meilleure amie de sa mère, qu’une jeune fille de 18 ans épouse un homme de 50 ans.

Catherine (Catherine Deneuve) est à une période décisive de sa vie. D’abord parce qu’elle a 35 ans, l’âge ou toute femme se remet en question, et devient responsable de son avenir ; ensuite, parce que pour elle, la vie s’est pratiquement arrêtée depuis ses 20 ans.

15 ans de réclusion criminelle, qui ont exacerbé son goût de la vie, son besoin de revanche, son désir d’avoir à ses cotés un homme digne de ce nom. Le seul lien entre ces 15 années mortes et son retour à la vie : son fils Simon (Jean-Jacques Briot), qu’elle a eu en prison. Pas un enfant-accident, mais un lien avec l’avenir qu’elle a sciemment tissé.

A 35 ans, cette femme très belle, plus qu’intelligente, va être confrontée à toutes les difficultés : celle d’avouer à son enfant un passé très lourd, au risque de le perdre ; celle d’un retour à la vie dans une société où la femme en quinze années a fait un bon de plusieurs siècles ; enfin, celle peut être inhérente à cette évolution foudroyante de pouvoir trouver un homme pour la vie, répondant à toutes les choses que les femmes osent s’avouer aujourd’hui. A 18 ans, un homme riche, beau et intelligent, c’est un rêve. A 35 ans, c’est un homme suspect.

Notre époque est aussi celle où les femmes parlent d’elles-mêmes et revendiquent et obtiennent une indépendance et une liberté d’expression qui a paru, encore récemment, en opposition avec le mythe éternel de la femme. Catherine et Sarah (Anouk Aimée), son amie de toujours, font partie de ces femmes qui ont également découvert que l’amitié et la générosité pouvaient exister entre les femmes.

C’est sur cette toile de fond que j’ai dirigé ces deux femmes en les filmant comme je l’aurais fait pour raconter l’histoire de deux copains.